Le semeur

26 novembre 2017

 

Le Semeur

 

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19574281&cfilm=243262.html

 

1852 : L’armée de Louis Napoléon Bonaparte écrase la résistance des Républicains. Dans son village de montagne, Violette assiste à la rafle de tous les hommes. Après des mois passés dans un isolement total, Violette et les autres jeunes filles se font un serment : si un homme vient, il sera celui de toutes…

 

Le sens de la fête

25 novembre 2017

 

Le Sens de la fête

Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines, il est même un peu au bout du parcours. Aujourd’hui c’est un sublime mariage dans un château du 17ème siècle, un de plus, celui de Pierre et Héléna. Comme d’habitude, Max a tout coordonné : il a recruté sa brigade de serveurs, de cuisiniers, de plongeurs, il a conseillé un photographe, réservé l’orchestre, arrangé la décoration florale, bref tous les ingrédients sont réunis pour que cette fête soit réussie… Mais la loi des séries va venir bouleverser un planning sur le fil où chaque moment de bonheur et d’émotion risque de se transformer en désastre ou en chaos. Des préparatifs jusqu’à l’aube, nous allons vivre les coulisses de cette soirée à travers le regard de ceux qui travaillent et qui devront compter sur leur unique qualité commune : Le sens de la fête.

Bande annonce: http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19573593&cfilm=247291.html

 

Mon avis:

Distrayant, beaucoup de répliques (parfois trop) à la Bacri, humain et touchant dans son rôle de manager qui joue sa vie à chacune des soirées qu’il organise, prônant la bonne entente dans son équipe mais sachant être ferme quand la situation l’exige.

De bons gags et des acteurs et actrices confirmés: Jean-Pierre Bacri, Gilles Lellouche, Jean- Paul Rouve, Eye Haidara, Hélène Vincent (la bourgeoise coincée de « La vie est un fleuve tranquille »), …

Quelques longueurs.

 

 

Le vestibule des causes perdues (Manon Moreau / Editions Pocket)

15 novembre 2017

 

Résumé

C’est l’histoire de Mara, de Robert, de Sept Lieues, d’Henrique, de Bruce, de Clotilde, de cet homme qu’on appelle Le Breton, de Flora et d’Árpád. Un retraité, un joueur de guitare, un cow-boy, un exégète de Claude Simon, une brunette maigrichonne, un taiseux, une grande bourgeoise fatiguée, un gars que la vie un jour a pris pour un punching-ball. L’histoire de gens qui n’avaient aucune chance de se croiser, mais qui tous, un jour, enfilent de grosses chaussures, un sac à dos et mettent le cap vers les confins de l’Espagne, le bout du monde, la fin de l’Europe : Saint-Jacques-de-Compostelle. Sans se douter que ce chemin emporte ceux qui l’arpentent bien plus loin que ce qu’ils pouvaient imaginer…

 

Mon avis

Ce livre, écrit avec des mots simples et émouvants, humour compris, m’a permis de cheminer avec bonheur et délectation auprès de Mara et de ses comparses de route, des cabossés de la vie, traînant leur « cause perdue » sur le chemin de Compostelle, qui vont progressivement s’accepter, se reconnecter, se réparer, trouver du sens à leur périple et aller de découverte en découverte. Des personnages très attachants et hauts en couleur. Une belle invitation à parcourir ce Camino magique où « ceux qui doivent se trouver se trouvent » et qui « donne au pèlerin ce dont il a besoin au moment où il en a besoin ».

Mardi 27 septembre : De Lectoure à La Romieu (19 km)

13 novembre 2017

C’est reparti pour un bout de Camino ! Départ de Lectoure (Gers) où j’avais terminé mon périple de juin dernier. Je démarre du gîte « La Résidence Le Marquisat » où, hier,  j’ai été très bien accueilli par Jean-Yves, mon hôte: il m’a proposé de venir me chercher à l’arrêt du car qui m’a déposé au centre ville de Lectoure et comme le gite est situé à, environ, 600 mètres de ce centre, il a eu la gentillesse de me reconduire, en voiture, le soir, dans la rue principale de Lectoure pour trouver un restaurant. C’est ça aussi, le chemin: en règle générale, héberger des pèlerins ne se réduit pas qu’à un simple business  et c’est bien vrai, le bonheur est dans…le Gers ! Je suis quand même revenu à pied, faut pas pousser, ne suis je pas sensé de faire un bout du Camino ? Et puis, comme dit le précepte chinois affiché sur le site web du gîte (http://www.lemarquisat.com ): « Le plus long de tous les voyages commence par un tout petit pas ».

Gîte La Résidence Le Marquisat à Lectoure

Je pars avec la conviction que je vais faire des rencontres intéressantes et qu’il ne peut m’arriver que des bonnes choses, conviction basée sur ce que j’ai expérimenté lors de mes parcours précédents.

Pas grand monde sur le chemin, ce 27 septembre . Beau soleil et température idéale pour marcher. Comme lors de mes précédents périples, je voyage en mode « VIP »: un sac à dos avec un vêtement de pluie, un demi litre d’eau et une barre de céréale (parfois 2 quand je suis en grande forme) et les « Transports Claudine » acheminent ma grosse valise d’étape en étape ( http://www.claudine32.com).

La Romieu, autrefois orthographié « l’Arromieu », c’est à dire « le pèlerin » est un charmant petit village célèbre par sa collégiale inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, construite au 14ème siècle.

 

Collégiale de La romieu

Collégiale de La Romieu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce soir, petit resto accueillant proposant de la cuisine authentique: « Le Cardinal » ( https://www.tripadvisor.fr/Restaurant_Review-g4013961-d2720730-Reviews-Le_Cardinal-La_Romieu_Gers_Occitanie.html )

 

Sur la place de La Romieu…

Demain, cap sur Condom !