Les heures sombres

18 janvier 2018

Synopsis:

Homme politique brillant et plein d’esprit, Winston Churchill est un des piliers du Parlement du Royaume-Uni, mais à 65 ans déjà, il est un candidat improbable au poste de Premier Ministre. Il y est cependant nommé d’urgence le 10 mai 1940, après la démission de Neville Chamberlain, et dans un contexte européen dramatique marqué par les défaites successives des Alliés face aux troupes nazies et par l’armée britannique dans l’incapacité d’être évacuée de Dunkerque.
Alors que plane la menace d’une invasion du Royaume- Uni par Hitler et que 200 000 soldats britanniques sont piégés à Dunkerque, Churchill découvre que son propre parti complote contre lui et que même son roi, George VI, se montre fort sceptique quant à son aptitude à assurer la lourde tâche qui lui incombe. Churchill doit prendre une décision fatidique : négocier un traité de paix avec l’Allemagne nazie et épargner à ce terrible prix le peuple britannique ou mobiliser le pays et se battre envers et contre tout.
Avec le soutien de Clémentine, celle qu’il a épousée 31 ans auparavant, il se tourne vers le peuple britannique pour trouver la force de tenir et de se battre pour défendre les idéaux de son pays, sa liberté et son indépendance. Avec le pouvoir des mots comme ultime recours, et avec l’aide de son infatigable secrétaire, Winston Churchill doit composer et prononcer les discours qui rallieront son pays. Traversant, comme l’Europe entière, ses heures les plus sombres, il est en marche pour changer à jamais le cours de l’Histoire.

Bande annonce: http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19574289&cfilm=246284.html

Mon avis:

Intéressant et parfois touchant, ce film qui colle à la réalité historique pose implicitement la question « Où serions nous aujourd’hui si, en 1940, Churchill, seul contre tous, avait négocié avec Mussolini ? Pas de France libre de De Gaulle à Londres, notamment…

Les 2 scènes que j’ai préférées:
Celle du métro et celle où la secrétaire révèle à Churchill que son frère, soldat combattant en France, dont la photo prône sur son bureau, ne reviendra pas de Calais.

Le semeur

26 novembre 2017

 

Le Semeur

 

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19574281&cfilm=243262.html

 

1852 : L’armée de Louis Napoléon Bonaparte écrase la résistance des Républicains. Dans son village de montagne, Violette assiste à la rafle de tous les hommes. Après des mois passés dans un isolement total, Violette et les autres jeunes filles se font un serment : si un homme vient, il sera celui de toutes…

 

Le sens de la fête

25 novembre 2017

 

Le Sens de la fête

Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines, il est même un peu au bout du parcours. Aujourd’hui c’est un sublime mariage dans un château du 17ème siècle, un de plus, celui de Pierre et Héléna. Comme d’habitude, Max a tout coordonné : il a recruté sa brigade de serveurs, de cuisiniers, de plongeurs, il a conseillé un photographe, réservé l’orchestre, arrangé la décoration florale, bref tous les ingrédients sont réunis pour que cette fête soit réussie… Mais la loi des séries va venir bouleverser un planning sur le fil où chaque moment de bonheur et d’émotion risque de se transformer en désastre ou en chaos. Des préparatifs jusqu’à l’aube, nous allons vivre les coulisses de cette soirée à travers le regard de ceux qui travaillent et qui devront compter sur leur unique qualité commune : Le sens de la fête.

Bande annonce: http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19573593&cfilm=247291.html

 

Mon avis:

Distrayant, beaucoup de répliques (parfois trop) à la Bacri, humain et touchant dans son rôle de manager qui joue sa vie à chacune des soirées qu’il organise, prônant la bonne entente dans son équipe mais sachant être ferme quand la situation l’exige.

De bons gags et des acteurs et actrices confirmés: Jean-Pierre Bacri, Gilles Lellouche, Jean- Paul Rouve, Eye Haidara, Hélène Vincent (la bourgeoise coincée de « La vie est un fleuve tranquille »), …

Quelques longueurs.

 

 

Le vestibule des causes perdues (Manon Moreau / Editions Pocket)

15 novembre 2017

 

Résumé

C’est l’histoire de Mara, de Robert, de Sept Lieues, d’Henrique, de Bruce, de Clotilde, de cet homme qu’on appelle Le Breton, de Flora et d’Árpád. Un retraité, un joueur de guitare, un cow-boy, un exégète de Claude Simon, une brunette maigrichonne, un taiseux, une grande bourgeoise fatiguée, un gars que la vie un jour a pris pour un punching-ball. L’histoire de gens qui n’avaient aucune chance de se croiser, mais qui tous, un jour, enfilent de grosses chaussures, un sac à dos et mettent le cap vers les confins de l’Espagne, le bout du monde, la fin de l’Europe : Saint-Jacques-de-Compostelle. Sans se douter que ce chemin emporte ceux qui l’arpentent bien plus loin que ce qu’ils pouvaient imaginer…

 

Mon avis

Ce livre, écrit avec des mots simples et émouvants, humour compris, m’a permis de cheminer avec bonheur et délectation auprès de Mara et de ses comparses de route, des cabossés de la vie, traînant leur « cause perdue » sur le chemin de Compostelle, qui vont progressivement s’accepter, se reconnecter, se réparer, trouver du sens à leur périple et aller de découverte en découverte. Des personnages très attachants et hauts en couleur. Une belle invitation à parcourir ce Camino magique où « ceux qui doivent se trouver se trouvent » et qui « donne au pèlerin ce dont il a besoin au moment où il en a besoin ».